Réveil et Reforme

Blog « Réveil et Réforme » de l'Église Adventiste du Septième Jour de l'île de La Réunion

Vigile matinale du 27 juin

27 juin 2022

Un encouragement dans les périodes troublées

Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, son frère, et il les conduit à l’écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux : son visage se mit à briller comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Moïse et Élie leur apparurent, qui s’entretenaient avec lui. […] Et une voix retentit de la nuée : Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; c’est en lui que j’ai pris plaisir. Écoutez-le ! Matthieu 17.1-5 

L’épisode de la transfiguration est lié à ce qui s’est passé précédemment, c’est-à-dire l’affirmation de Pierre selon laquelle Jésus est le Christ (Matthieu 16.16), l’annonce difficile de Jésus concernant sa mort et sa résurrection, puis sa déclaration sur la croix que doivent porter les disciples (versets 21-28).

Vigile matinale du 26 juin

26 juin 2022

Qu’est-ce qu’un disciple

Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie à cause de moi la trouvera. Et à quoi servira-t-il à un être humain de gagner le monde entier, s’il perd sa vie ? Ou bien, que donnera un être humain en échange de sa vie ? Matthieu 16.25,26 

Nous avons passé beaucoup de temps sur le texte de Matthieu 16 .13-26. Nous avons médité sur ces versets pendant dix jours, et ceci pour une bonne raison. Il s’agit du cœur du récit de l’Évangile. Avant cela, nous nous étions demandés qui était Jésus. Ensuite, nous avons avancé et nous nous sommes intéressés à la nature du Messie.

Au cœur de cette réflexion se trouvent deux croix : celle du Christ et la nôtre. L’enseignement des deux croix est au centre du christianisme, concernant à la fois le Messie et le disciple.

Pour mieux comprendre l’enseignement de Jésus sur le sujet de la croix, nous devons nous rappeler qu’en fait nous péchons car nous plaçons notre moi et notre volonté au centre de notre vie, au lieu de laisser la place à Dieu et à sa volonté pour nous. Le péché est une rébellion contre Dieu dans le sens où nous choisissons de diriger notre vie, en disant « Non » à Dieu et « Oui » à notre moi.

Le principe d’une vie centrée sur soi, qui est si naturel aux êtres humains, doit mourir. Ainsi, Dietrich Bonhoeffer définit de façon très pertinente ce que signifie être chrétien quand il écrit que « lorsque le Christ appelle un homme, il lui demande de venir à lui et de mourir ».

Jésus montra le problème essentiel des êtres humains quand il affirma que « personne ne peut être esclave de deux maîtres » (Matthieu 6.24). Au fond, la question qui se pose est la suivante : qui décidons-nous de placer sur le trône de notre vie ? Notre moi, ou Dieu ? Nous ne pouvons servir les deux à la fois. Quand nous recevons l’appel du Christ, nous devons soit le crucifier, soit crucifier notre moi. Il n’y a pas de compromis possible.

C’est dans ce contexte que l’idée de perdre sa vie ou de la gagner, de gagner le monde entier ou de le perdre, prend tout son sens. Quel est notre prix ? C’est la question que nous devons nous poser. Dans quel domaine et jusqu’où sommes-nous prêts à renier notre âme pour recevoir une récompense terrestre ? S’agit-il de la popularité, de l’argent, du prestige, de « l’amour », des distractions ou d’autre chose ? Finalement, peu importe, car nos choix nous mènent à une impasse. Nous devons toujours choisir entre quelque chose et Jésus. (George Knight – Tournez les yeux vers Jésus)

Vigile matinale du 25 juin

25 juin 2022

Qu’est-ce qu’un disciple ? 2ème partie

« Si quelqu’un veut me suivre, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. » Marc 8.34

Le deuxième mot difficile dans la définition que donne Jésus du disciple, c’est le mot « croix ». La mauvaise nouvelle pour Pierre, pour les autres disciples, mais aussi pour nous-mêmes, c’est que la croix de Jésus n’est pas la seule croix qui existe. En effet, Jésus explique que chacun de ses disciples doit porter sa propre croix.

Vigile matinale du 24 juin

24 juin 2022

Qu’est-ce qu’un disciple ? (1ère partie)

« Alors Jésus dit à ses disciples : Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. » Matthieu 16.24

Quand Jésus « commença à leur apprendre qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué » (Marc 8.31), ce n’était que le début de son enseignement sur ce sujet, car cette nouvelle définition du Messie impliquait une nouvelle définition du disciple. Or, de la même façon que cette perspective nouvelle concernant la nature du Messie déplut à Pierre et aux autres disciples, la définition nouvelle de ce qu’est un disciple allait leur sembler insupportable. « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive ».

Vigile matinale du 23 juin

23 juin 2022

Éviter d’être Pierre

« Il commença alors à leur apprendre qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué et qu’il se relève trois jours après. Il disait cela ouvertement. Alors, Pierre le prit à part et se mit à le rabrouer. Mais lui se retourna, regarda ses disciples et rabroua Pierre : Va-t’en derrière moi, Satan ! lui ditil. Tu ne penses pas comme Dieu, mais comme les humains. » Marc 8.31-33

Pierre, cet homme si fier, dut être stupéfait par ces paroles si directes. Il était sincère, mais il avait touché la corde la plus sensible chez Jésus. Celui-ci réprimanda Pierre de façon très sévère, ce qui souligne l’importance de la croix dans son ministère. Jésus comprit également qu’il devait former les futurs dirigeants de son Église sur le rôle de la croix.

Vigile matinale du 22 juin

22 juin 2022

Les luttes de Jésus

« Pierre le prit à part et se mit à le rabrouer, en disant : Dieu t’en préserve, Seigneur ! Cela ne t’arrivera jamais. Mais lui se retourna et dit à Pierre : Va-t’en derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une cause de chute, car tu ne penses pas comme Dieu, mais comme les humains. » Matthieu 16.22,23

Quel retournement de situation ! Au verset 17, nous lisons que Pierre fut inspiré par Dieu, alors qu’au verset 23, Jésus déclara qu’il était Satan.

Vigile matinale du 21 juin

21 juin 2022

Une nécessité

« Il commença alors à leur apprendre qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué et qu’il se relève trois jours après. » Marc 8.31

« Il fallait que le Fils de l’homme souffre » : c’était donc une nécessité. Jésus déclara à ses disciples qu’il devait être tué. D’après lui, la croix n’était pas une option mais une obligation. Il était venu sur la terre non seulement pour vivre une vie sans péché et être notre exemple, mais « pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude » (Marc 10.45).   dit-il à ses disciples lors du dernier repas qu’ils prirent ensemble.

Vigile matinale du 20 juin

20 juin 2022

La nature du Messie

« Dès lors, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait aller à Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et se réveiller le troisième jour. » Matthieu 16.21

Désormais, il était évident qu’Israël, en tant que peuple, n’accepterait pas Jésus comme le Messie. Ainsi, Jésus devait accomplir une dernière tâche essentielle : préparer les disciples à sa mort.

Vigile matinale du 19 juin

19 juin 2022

Les clefs du royaume

« Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » Matthieu 16.19

Nous avons là un autre verset qui a toujours fait polémique dans l’histoire du christianisme. Que signifie donc cette promesse de Jésus faite à Pierre ? De quelles clefs s’agit-il ? Pourquoi est-il question de lier et de délier ?

Vigile matinale du 18 juin

18 juin 2022

Deux pierres

« Jésus lui dit : Heureux es-tu, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux ! Moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je construirai mon Église, et les portes du séjour des morts ne prévaudront pas contre elle. » Matthieu 16.17,18

Pierre, qui était si sensible, dut être ravi d’entendre une telle promesse de la part de Jésus. C’était en effet une belle bénédiction. Le nom « Simon Bar-Jonas » est traduit par Simon, fils de Jonas, le nom complet de Pierre. Jésus n’avait aucun doute sur le fait que, grâce au Saint-Esprit, le Père avait révélé au disciple sa véritable identité.