Réveil et Reforme

Blog « Réveil et Réforme » de l'Église Adventiste du Septième Jour de l'île de La Réunion

Psaume 139

19 Mar 2017

[audio:http://adventiste.re/files/audio-bible/at/19_psaumes/psa_139.mp3]

1 Au chef des chantres. De David. Psaume. Eternel! tu me sondes et tu me connais,

2 Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée;

3 Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies.

4 Car la parole n’est pas sur ma langue, Que déjà, ô Eternel! tu la connais entièrement.

5 Tu m’entoures par derrière et par devant, Et tu mets ta main sur moi.

6 Une science aussi merveilleuse est au-dessus de ma portée, Elle est trop élevée pour que je puisse la saisir.

7 Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face?

8 Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t’y voilà.

9 Si je prends les ailes de l’aurore, Et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer,

10 Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira.

11 Si je dis: Au moins les ténèbres me couvriront, La nuit devient lumière autour de moi;

12 Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi, La nuit brille comme le jour, Et les ténèbres comme la lumière.

13 C’est toi qui as formé mes reins, Qui m’as tissé dans le sein de ma mère.

14 Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes oeuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.

15 Mon corps n’était point caché devant toi, Lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.

16 Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m’étaient destinés, Avant qu’aucun d’eux existât.

17 Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand!

18 Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les grains de sable. Je m’éveille, et je suis encore avec toi.

19 O Dieu, puisses-tu faire mourir le méchant! Hommes de sang, éloignez-vous de moi!

20 Ils parlent de toi d’une manière criminelle, Ils prennent ton nom pour mentir, eux, tes ennemis!

21 Eternel, n’aurais-je pas de la haine pour ceux qui te haïssent, Du dégoût pour ceux qui s’élèvent contre toi?

22 Je les hais d’une parfaite haine; Ils sont pour moi des ennemis.

23 Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur! Eprouve-moi, et connais mes pensées!

24 Regarde si je suis sur une mauvaise voie, Et conduis-moi sur la voie de l’éternité!

COMMENTAIRE

C’est mon psaume de prédilection. Il présente Dieu comme un Père aimant, un Ami intime et personnel. Premièrement, il me connait de l’intérieur comme de l’extérieur. Il sait quand je me lève et ce que je fais pendant la journée. Il sait même ce que je pense et les mots que je vais prononcer. La connaissance parfaite de Dieu est un vrai réconfort pour moi.

Deuxièmement, Dieu est partout (v.7). Je ne peux me cacher de lui ou l’éviter comme Adam et Ève (Gen 3 : 8) ou Jonas (Jonas 1 : 3). Pourquoi le ferais-je alors que j’ai l’assurance de sa protection (v.10) et sa lumière (v.12) pour éclairer mes jours obscurs ?

Troisièmement, il est mon Créateur. Il créa l’univers tout entier et tout ce qui s’y trouvait, et d’une manière délibérée et intentionnelle, Il façonna l’être humain avec chaque détail : les yeux, la peau, la couleur des cheveux, et les caractéristiques propres à chacun. Nous sommes uniques et Il a un plan pour chacun de nous (v.16) quelle merveille ! Et voilà, le message qui est véhiculé à mon cœur à travers la lecture de ce psaume.

Je suis impressionné par ce Dieu merveilleux que je sers. Il n’est pas un Dieu lointain et distant ou trop occupé à faire fonctionner l’univers pour ne pas me connaître personnellement. Et ma prière est celle du psalmiste, c’est que Dieu continuerait à me rencontrer, à trouver le chemin de mon cœur et à me diriger sur la voie qui me destine à l’éternité. Que ce soit aussi votre prière aujourd’hui.

Thandi Klingbeil
Mère enseignante à domicile
Tennee USA

Traduction : Loïc Tigresse

Votre adresse lectronique ne sera pas publi. Les champs obligatoires sont marqus *

*